Lettre ouverte au Conseil d’État de la République et canton de Genève concernant les jeunes personnes déboutées

Cette lettre ouverte a été envoyée aux membres du Conseil d’État le 13 décembre 2021. La Coordination asile.ge et plus de 600 signataires y dénoncent la situation dans laquelle se trouvent encore et toujours les jeunes débouté·es à Genève et demandent au Conseil d’État de trouver des solutions.

Pour ajouter votre signature, cliquez ici.

Monsieur le Président du Conseil d’État,
Mesdames et Messieurs les Conseiller·ères d’État,

La présente lettre ouverte a pour objet de vous présenter la situation dans laquelle se trouvent actuellement les jeunes débouté·es à Genève, de vous faire part de nos préoccupations pour leur avenir, et de vous exposer nos requêtes pour qu’ils et elles puissent mener une vie digne.

Aujourd’hui plus de 50 jeunes débouté·es de l’asile, âgé·es de 15 à 25 ans, vivent à Genève. Nombre d’entre eux et elles se sont vu refuser d’entreprendre ou de continuer une formation, de suivre un stage ou d’achever un diplôme. D’autres ont reçu une interdiction de travail parce que les autorités suisses ont décidé qu’ils et elles n’avaient pas le droit à l’asile, souvent juste après leur majorité.

Pour beaucoup, le rejet de leur demande d’asile est survenu après plusieurs années de scolarité et d’intégration. Leur quotidien est celui de l’aide d’urgence, une réalité précaire : une « aide » de 10 CHF par jour, un hébergement et une couverture sociale sommaire. Ils et elles perdent aussi le droit de travailler ou de faire un apprentissage dual. Pourtant, leur renvoi est souvent inexécutable, ce qui rend l’avenir très incertain et pour une durée indéfinie. Or, selon le recensement établi par la Coordination asile.ge en juin 2021, près de 40 jeunes sont en Suisse depuis plus de cinq ans et plusieurs pourraient prétendre à une régularisation.

Notre constat est le suivant : l’incapacité d’initier ou de poursuivre la formation de leur choix, la précarité et la menace d’un renvoi, ou encore l’absence de perspectives professionnelles et de régularisation affectent considérablement leur santé physique et psychique. Le sentiment d’être dans une impasse, l’angoisse constante du lendemain sont leur lot quotidien, alors que la plupart sont bien intégré·es.

En 2019 pourtant, le Grand Conseil genevois a accepté deux motions (M2524 ; M2526) et une pétition (P2066) visant l’insertion professionnelle et l’octroi d’un permis de séjour pour les jeunes débouté·es qui ne peuvent être renvoyé·es. Deux ans après, ces jeunes se battent toujours pour se construire un avenir.

Nous demandons donc au Conseil d’État de trouver des solutions pour que :

  1. Tous·tes les jeunes débouté·es et sans statut légal puissent accéder à et poursuivre la formation choisie en fonction de leurs aspirations et capacités, au moins jusqu’à 25 ans;
  2. Les jeunes débouté·es puissent terminer une formation entamée, même quand le renvoi est exécutable;
  3. La régularisation des personnes déboutées soit facilitée et soutenue, d’autant plus quand elles sont arrivées en Suisse avant l’âge de 25 ans.

En vous souhaitant bonne réception de la présente lettre et en espérant que vous y donnerez suite au plus vite, nous vous prions de croire, Monsieur le Président du Conseil d’État, Mesdames et Messieurs les Conseiller·ères d’État, l’expression de notre respectueuse considération.

Signataires au 11.01.2022 (638)

Coordination asile.ge • Sewit Abadi • Abel Abraham • Fabienne Abramovich • Lysiane Adamini • Anne-Claire Adet • Laila Alonso Huarte • Eric Amato • Nadine Amrein • Matteo Anderegg • Marie Anderfuhren • Michèle André Jaques • Nicole Andreetta • Elodie Antony • Sabrine Antri • Astrid Astolfi • Sidonie Atgé-Delbays • Nathalie Athlan • Nuria Aubert • Omar Azzabi • Rachel Babecoff • Nadia Baehler • Rachel Baeriswyl • Anna Baldacci • Tristan Balmer • Ursula Balmer • Raffaella Balocco • Chiara Barberis • Ana Barciela Villar • Gabriel Barta • Silvana Bassetti • Martine Baudin • Dominique Bavarel • Geneviève Beck • Odile Benoist • Elisabeth Bersier • Alexis Bertin • Marie Besse • Kristine Beun • Giovanna Bianchi-Le Henanf • Vincent Bircher • Adrian Blaser • Gaëtan Blaser • Sophie Bobillier • Chantal Boisset • Alain Bolle • Rachel Bolle • Marie-Laure Bonard • Didier Bonny • Anita Bonva • Françoise Borel • Marie-Claude Borgead • Philippe Borgeaud • Yvonne Borloz • France Bossuet Rutgers • Jean-Luc Bouchardy • Aymeric Bouleau • Robert Bouleau • Viviane Bouleau • Lucienne Bourquin • Marlène Bovard • Aline Bovard Rudaz • Jacqueline Bovet • Josiane Bozzolo Friedli • Valery Bragar • Maria Brandle • Philippe Brard-Dupuy • Pierre Brard-Dupuy • Hélène Braun • Aldo Brina • Ursula Brina • Jérémie Bron • Muriel Bros • Anne Bruchez • Suzanne Bruchez • Jonas Brülhart • Daniel Brun • Rose-Marie Brun • Yves Brun • Noelia Brunschwig • Christiane Bruttin • Sophie Buchs • Valerie Buchs • Marielle Budry • Myriam Buffet • Fabienne Bugnon • Anne Bulliard • Aude Bumbacher Kellou • Simon Burkhardt • Veronica Bustamante • Danielle Butinof • Vania Callejas Maiz • Lavinia Calore • Anna Caminada • Lena Campolini • Sibel Can-Uzun • Stéphane Canetta • Giuliana Canonica Hemmeler • Marie-Cécile Cardenoso • Xavier Cardenoso • Cecilia Cardoso • Jacky Carel • Marie Caro • Abdul Carrupt • Isabelle Casier • Paloma Casot • Ursula Cassani • Lejla Cengic • Tatjana Cernenko • Jean-Claude Chabloz • Laurence Charlet • Claire Chatelanat • Dominique Chautems Leurs • Hugo Cherpillod • Milena Chimienti • Catherine Choux Mueller • Andy Christen • Linda Christen • Jeanine Christin • Renaud Christin • Madeleine Clavijo-Musy • Sylvain Cloteau •  Coalition “Non au centre de renvoi!” • Madeleine Codemo • Michel Colin • Anne Compagnon Kaufmann • Laurence Corpataux • Alain Correvon • Jaya Cottin • Nagalourou Zaky Coulibaly • Françoise Cramer • Joseph Crisafulli •  CUAE • Régis Dabrinville • Christian Dandrès • Alexandre Davidoff • Véronique Davidoff • Alexandra De Coulon • Giada De Coulon • Graziella de Coulon • Pamina de Coulon • Nils De Dardel • Janine De Founès • Claire de Goumoens • Raphael De Luca • Yves de Matteis • Sophie De Rivaz • Diane de Rivoire • Irene de Santa Ana • Anne de Vargas • Lokman Debabeche • François Décaillet • Maëlle Décaillet • Patricia Décaillet • Didier Dechoux • Jean-Gilles Decosterd • Cristina Del Biaggio • Marie josé Delcourt • Jocelyne Delsouiller • Antoine Demblon • Philippe Denarie • Roger Deneys • Emmanuel Deonna • Claudine Deschenaux • Christine Descombes • Simon Descombes • Erika Deuber-Ziegler • Zoé Deuel • Caterina Di Biase • Elisabeth Di Zuzio • Mouhamadou Diagne • Yandé Dieng • Anne Divorne • Jean-Jacques Doess • Edouard Dorsaz • Ruth Dreifuss • Laura Drompt • Esther Dubath • Véronique Dubois • Nathalie Duchanois • Boris Dunand • Michel Dunand • Alain Dupraz • Françoise Dupraz • Philippe Dupraz • Sophie Durieux-Paillard • Nadia Duval • Chantal Ebongué • Pierre Eckert • Véronique Egger • Caroline Eichenberger • Badia El Koutit • Thomas Epiney • Matthias Erhardt • Christiane Escher • Diego Esteban • Virginie Estier • Magali Etique • Eléonore Evéquoz • Béatrice Faidutti Lueber • Patrick Falconnet • Anita Faurax • Fabienne Faurax • Marie Faurax • Michel Faurax • Isabelle Favre • Laurence Fehlmann Rielle • Julien Félix • Martine Félix • Marie Fellay Guhirwa • Giovanni Ferro-Luzzi • Rosita Fibbi • Cristina Figueroa • Delio Fiore-Donno • Jean Fischer • Nicole Fischer  •  Flèche Love • Anne Fleckner • Madeleine Florey • Carine Fluckiger • François Fontana • Martine Fontana Leplay • Julie Franck • Beatrice Frey • Jean-Pierre Freymond • Sonia Frias • Jannick Frigenti Empana • Anne Fritz • Isabelle Frutiger • Patrick Fuchs • Madeleine Gahigiri • Sarah Gamblin • Stephane Garcia • María Concepción García López • Maurice Gardiol • Laurence Garibian • Drilon Gashi • Noëlle Gasser • Mélissa Gauthey • Sonia Genet • Philippe Genevay • Stéphane Genevay • Jean-Yves Genoud • Marie-Thérèse Genoud Rodriguez • Amanda Gerber • Rachel Gerber • Elena Giario • Bertrand Giet • Léa Gigon • Patrick Gilliéron Lopreno • Marie-Françoise Girardin • Sandrine Giroud • Morten Gisselbaek • Aliena Gnehm • Gianna Gnehm • Mireille Godet • Donna Golaz • Line Golestani • Alfonso Gomez • Stefanie Gonzalez • Doris Gorgé • Pierre-André Graezer • Rosangela Gramoni • Josée Grand • Camille Grandjean-Jornod • Justine Grespan • Marthe Griessen • Sophia Guc • Typhaine Guihard • Christophe Guillaume • Duleeka Gunawardena • Zighiereda Habtu • Niat Hagos • Alicia Haldemann • Marianne Halle • Jocelyne Haller • Catherine Haus • Emmanuelle Hazan • Jérôme Heim • Charles Heimberg • Charlène Heiniger • Laura Hertel • Inge Hoffmann • Michèle Honniger • Thierry Horner • Ester Hortas • Marie Houriet • Béatrice Huehn • Joseph Hug • Julia Huguenin-Dumittan • Dominique Hunziker • Jacqueline Huppi • Pauline Inembe • Irina Inostroza • Jean-Jacques Isaac • Artan Islamaj • Pascale Isoz Louvrier • Jean-Dominique Jacquemet • Anael Jambers • Edita Jashari • Florence Jashari • Pierre-Kastriot Jashari • Nabil Jebnouni • Rochane Juillerat • Robin Junod • Lea Kälin • Leo Kaneman • Estella Karagevrekis • Maïa Karagevrekis • Nathalie Karam • Claire Karapetsis Pernet • Utkucan Kartal • Carole-Anne Kast • Eléna Kastritis • Muriel Katz • Maria Kaufmann • Katie Kennedy • Brahim Khoulaed • Aurore Kiss • Philippe Klein • Vanessa Klein • Delphine Klopfenstein Broggini • Manuela Koné-Trifoglio • Julius Kopp • Estelle Krattinger • Chantal Krayenbühl Baudouin • micheline Kretschmer • Geneviève Kroug • Pierre-André Kroug • Nicole Kuderli • Clémentine Küng • Fanny Kunz Pronini • Florence Lacroix • Philippe Ladermann • Anne Lafitte • Flore Lakhdhar • Claire Lambert • Josette Lanfranchi Paratte • Christine Läng • Anne-Dominique Lapouille • Marie Leblanc Rigal • Alice Lefrançois • Antoine Lehmann • Isabelle Lejeune Nathalie Leuenberger • Brigitte Leuzinger • Heidrun Levet • Loïck Levingston • Hilda Longchamp • Dario Lopreno • Marjorie Lottaz • Henri Louvrier • Olivier Lozeron • Hubert Macheret • Alejandro Mackinnon • Claudeline Magni • Genevieve Magnin Usel • Bernadette Magny • Anne Maia Falconnet • Chiara Maio • Madeleine Maire • Réjane Maire • Martin Malinowski • Sophie Malka Forster • Valérie Manera Damone • Paule Mangeat • Aude Martenot • Claire Martenot • Catherine Marti • Jean-Jacques Martin • Latcheen Maslamani • Hakim Mastour • Meriam Mastour • Marie-Lu Mathez • Josiane Mathys • Zamzam Maxamuud Maxamed • Marie Pierre Maystre • Danièle Mazzola • Félicien Mazzola • Lisa Mazzone • Teuta Mehmeti • Claudia Mendoza • Carole Mercier • Frédérique Mercier • Jacqueline Merguin-Poncet • Maud Merle • Bernadette Mermillod • Kristell Messerli • Daniel Metry • Nathalie Metry • Gilbert Meuwly • Jean-Daniel Meyer • Pierre Meyer • Anne Meynard • François Meynard • Juan Michel • Natasha Mieville • François Miéville • François Mireval • Lucine Miserez Bouleau • Francesco Modica • Agnes Molnar • Véronique Monnier • Michel Monod • Frédéric Montanya • Jean-Louis Moratel • Arnaud Moreillon • Rita Moreira • Nicolas Morel • Liliane Morend • Christel Moretto • Evelyne Moretto • Béatrice Muller • Hannelore Muller • Valérie Muller • Tobias Müller • Sylvie Mundler • Cristina Muñoz Acosta • Maria Adelaida Muñoz Acosta • Simon Muñoz Acosta • Teresa Muñoz Acosta • Ramón Muñoz Castro • Saprina Musatti • Joëlle Nançoz • Delphine NDiaye • Marion Nemchi • Anne-Lise Nerfin • Julia Nerfin • Anouk Neusser • Philippe Neyroud • Julien Nicolet-dit-Félix • Hendrika Nijkamp • Marion Novet • Thierry Nydegger • Françoise Nyffeler • Lea Oeschger • Elisabeth Anja Oksalampi • Geneviève Ordolli • Laurence Ossipow • Alexia Padayachy • Laura Padayachy • Vidhyarthi Padayachy • Laurence Padilla • Françoise Pakosz • Ruth Pansier • Laurent Paonessa • Jean-Pierre Papis • Nathalie Papis • Dorand Pappa • Baptiste Paracchini • Alicia Pary • Christophe Pasche • Isabelle Pasquier-Eichenberger • Alejo Patino • Françoise Patry • Marie-Pomme Pauchard • Christiane Pawellek • Marianne Pécasse • Sylvie Pellaton • Jane Pengg • Emilie Pento • Andrea Pereira • Maria Lou Pérez • Claudine Pernecker • Catherine Pernet • Jean-Michel Pernet • Léa Pernet • Marine Pernet • Sarah Pernet • Gérard Perroulaz • Gabriella Pervangher • Henri Pervangher • André Petite • Violaine Petite • Ivar Petterson • Thao Pham • Françoise Pidoux • Bernard Piguet • Mireille Piguet • Géraldine Piguet-Reisser • Claude Poscia • Sylvie Pradervand • Luisa Prado • Estelle Pralong • Pawan Prasad • Fabienne Probst • Olivier Probst • Géraldine Puig • Catherine Python • Dominique Python • Sam Python • Bernadette Python-Eckert • Judith Quanquin • Enrica Quinto • Nouria Rabehi • Isabelle Rappard • Anne-Madeleine Reinmann • Raphaël Rey • Laura Reynal • Jacqueline Ricciardi Werlen • Damien Riedweg • Claude Rigal • Maryse Rigal • Yann Rigal • Annie Rilliet • Eva P. Rocillo • Carla Rogg • Marion Rolland Gottraux • Fabrice Roman • Bernard Rordorf • Francine Rosenbaum • Catherine Rosselet • Cinthia Roth • Svetla Rousseff • Raphaël Roux • Fabienne Rudaz Bovard • Sara Ruiz • Gazi Sahin • Gwendoline Saidy • Mari Saldana Luisa Sanchez • Monica Sanchez Bermudez • Muska Sangin • Brigitte Sartor • Pilar Sartorius • Marie Saulnier Bloch • Julie Sauter • Marie Savoy • Yazan Savoy • Yves Scelle • Jérémie Schaeli • Michèle Schärer • Carol Scheller • Lorianne Scheller • Sophie Scheller • Yves Scheller • Sarah Schilliger • Andrina Schimpf • Tobia Schnebli • Thibault Schneeberger • Lydia Schneider Hausser • Brigitte Schneider-Bidaux • Luitgard Schroft • Robert Schroft • Patricia Schulz • Lili Schürch • Fabien Scotti • Patricia Sebastiani • Marianne Sébastien • Isabelle Sechaud • Zhara Semmache • Arun Senchyna • Alexandre Sergi • Anna Sergueeva • Marina Sevastopoulo • Séverine Sèvegrand • Carlos Sintado • Boudewijn Sjollema • Ana Sobral • Melete Solomon-Kuflom • Monica Sommaruga • Gaspard Sommer • Emilie Sommer Meyer • Aude Spang • Anne Spierer • Marie-Gabrielle Stamm • Nathalie Stanzani • Martin Stastny • Quentin Stauffer • Christiane Steffen • Claire-lise Stehlé • Léna Strasser • Rudolf Strasser • Pierre Strauss • Verena Strauss • Sabine Strobel • Wanda Stryjenska • Martine Stückelberg • Brigitte Studer • Sofia Suarez • Muriel Taddeo • Nassourou Tamboura • Antoine Tejedor • Bernadette Tejedor • Kristela Tepelena • Genet Tesfaldet • Marc Thévenoz • Sylvie Thévenoz • Sylvain Thévoz • Antonella Thomas • Jean-Pierre Thorimbert • Paulette Thorimbert • Michel Tirabosco • Sophie Tirabosco • Dominique Tissot • Hélène Tissot • Jean-Marie Tissot • Florio Togni • Lionel Torche • Salim Touri • Anne-Claude Traub • Daniel Traub • Dilberto Trujillo Dussán • Margrit Tschopp • Pierre Tuscher • Esther Um • Massimo Usel • Nicole Valiquer Grecuccio • Bernard van Baalen • Hubert van Beek • Pierre Vaudaux • Helena Verissimo de Freitas • Anne-Lise Veuthey • Nicolas Veuthey • Maja Villat • Sarah Vincent • Chantal Viollaz • Saskia von Fliedner • Stephanie Voser • Stéphane Vuille • Jean-Bernard Waeber • Nicolas Walder • Martine Wassmer • Louise Wehrli • Raphaelle Wenger-Roten • Geneviève Wepf • Emmanuelle Werner Gillioz • Maurice Wisard • Chantal Woodtli • Larissa Wüest • Awet Yosief • Lora Zanasco • Matteo Zanasco • Claire-Lise Zaugg Deferne • Audrey Zbinden • Dominique Ziegler • Jean Ziegler • Edy Zihlmann

Rapport “Jeunes et débouté·es à Genève: des vies en suspens”

Dans ce rapport réalisé en collaboration avec l’Observatoire romand du droit d’asile et des étranger·ères (ODAE romand), la Coordination asile.ge dénonce la situation des jeunes débouté·es à Genève. Illégalisé·es, menacé·es d’un renvoi et plongé·es dans le système de l’aide d’urgence, environ 60 jeunes âgé·es de 15 à 25 ans se retrouvent sans possibilité de travailler ou d’accéder à un apprentissage dual.

Télécharger le rapport

Depuis 2020, la Coordination asile.ge a mis sur pied un groupe de travail pour aller à la rencontre de ces jeunes débouté·es. Un recensement ceux et celles âgé·es de 15 à 25 ans vivant à Genève a été établi, afin d’obtenir une photographie précise de la situation de chacun·e. 60 jeunes ont été répertorié·es.

La plupart d’entre eux et elles sont arrivé·es en Suisse entre 2014 et 2016 pour y demander l’asile. Pour beaucoup, le rejet de leur demande d’asile est survenu après plusieurs années de scolarité et d’intégration. Leur quotidien est celui de l’aide d’urgence, une réalité précaire: les personnes ont droit à 10 CHF par jour, un hébergement et une couverture sociale sommaires. Ils et elles perdent aussi le droit de travailler ou de faire un apprentissage dual. Pourtant, leur renvoi est souvent inexécutable et ils et elles se retrouvent dans un no man’s land qui dure indéfiniment. Sur les 60 personnes recensées, 40 sont en Suisse depuis plus de 5 ans et plusieurs pourraient prétendre à une régularisation.

Le rapport Jeunes et débouté·es à Genève : des vies en suspens dresse un constat sans appel: l’incapacité d’initier ou de poursuivre la formation de leur choix, la précarité, la menace d’un renvoi et l’absence de perspectives professionnelles ou de régularisation affectent considérablement la santé physique et psychique des jeunes. Le sentiment d’être dans une impasse, l’angoisse constante sont leur lot quotidien, alors qu’ils et elles sont souvent bien intégré·es.

En 2019, le Grand Conseil genevois a accepté deux motions et une pétition visant l’insertion professionnelle et l’octroi d’un permis de séjour pour les jeunes débouté·es qui ne peuvent pas être renvoyé·es. Deux ans après, 60 jeunes se battent toujours pour se construire un avenir et aucune solution collective n’est esquissée : ni sur le plan de la formation, ni sur le plan de la régularisation.

La Coordination asile.ge demande donc aux autorités genevoises que :

  • Tous·tes les jeunes débouté·es et sans statut légal puissent accéder à et poursuivre la formation choisie en fonction de leurs aspirations et capacités, au moins jusqu’à 25 ans ;
  • Les jeunes débouté·es puissent terminer une formation entamée, même quand le renvoi est exécutable ;
  • La régularisation des personnes déboutées soit facilitée et soutenue, d’autant plus quand elles sont arrivées en Suisse avant l’âge de 25 ans.

Le jeudi 24 juin, une soirée de témoignages et d’échanges en ligne avec les jeunes a été organisée dans le cadre de la campagne Education pour toutes et tous! A revoir ici.

Des témoignages vidéo ont également été réalisés avec l’association Vivre Ensemble. A découvrir sur les réseaux sociaux.

La Coordination asile.ge condamne le vol spécial de Genève vers l’Éthiopie du 27 janvier. Elle appelle les autorités genevoises à réagir.

Dans la nuit du 27 au 28 janvier dernier, un avion spécialement affrété pour le renvoi de demandeurs d’asile déboutés s’est envolé de l’aéroport de Cointrin vers l’Éthiopie. À son bord se trouvait notamment Tahir Tilmo, demandeur d’asile qui avait été attribué au canton de Genève et dont l’exécution du renvoi dépendait de la police genevoise. Tahir Tilmo avait été arrêté et était détenu à Favra puis à Frambois pour des raisons administratives depuis le 7 septembre dernier. Cet universitaire avait appris le français, participait à diverses activités organisées au sein de l’université genevoise, et était décrit comme une personne bien intégrée. Une pétition, signée par plus de 1000 personnes et demandant au Conseil d’État de le soutenir, avait été déposée. Le Conseil d’État n’y avait pas répondu. Une forte mobilisation citoyenne a eu lieu pour essayer d’éviter l’exécution du renvoi. En vain.

Quatre jours avant le vol spécial, Tahir Tilmo s’était mis en grève de la faim et de la soif. Le 27 janvier, sur l’avis d’un médecin généraliste qui l’a examiné à Frambois, il a été conduit au service des urgences des HUG. Il y était entravé par des liens aux pieds – comme si dans son état il pouvait échapper aux deux policiers qui le flanquaient ! Après quelques examens, la police est venue le chercher aux urgences pour le transférer à l’aéroport. Comment se fait-il qu’un homme en grève de la faim et de la soif, se plaignant de douleurs importantes, ait pu être considéré comme apte à subir le choc d’un vol spécial ? Les médecins qui l’ont jugé apte à être renvoyé connaissaient-ils les conditions violentes dans lesquelles se déroule un renvoi forcé ? La police a-t-elle forcé la main au personnel soignant des HUG ? Trois demandeurs d’asile déboutés sont déjà morts au cours de telles opérations : quel(s) risque(s) les autorités genevoises ont-elles fait courir à Tahir ? La Coordination asile.ge exige des réponses à ces questions qui sont du ressort des autorités genevoises, pour éviter de futurs décès.

Ce vol spécial était l’un des premiers à destination de l’Éthiopie, suite à la signature d’un accord entre la Suisse et le gouvernement éthiopien en 2018. Cet accord a été signé au moment où l’élection d’un nouveau premier ministre dans le pays africain donnait l’illusion d’une stabilité retrouvée. Mais depuis la situation a beaucoup changé, et une guerre a éclaté au nord du pays. Selon les observateurs avertis, l’Éthiopie risque de sombrer dans une guerre civile sur fond de divisions ethniques. La Coordination asile.ge se joint à l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés pour demander aux autorités fédérales la suspension immédiate des renvois forcés vers l’Éthiopie, en raison de l’instabilité politique qui prévaut dans ce pays et qui génère des situations de violence.

De manière générale, la Coordination asile.ge exprime son opposition aux vols spéciaux de niveau 4, qui équivalent en soi à des formes de mauvais traitement. En autorisant que de telles opérations se déroulent à Genève, les responsables politiques genevois faillissent à protéger les droits humains et l’image de notre cité. Il existe une contradiction majeure entre d’une part l’émotion qu’un tel renvoi suscite au sein de la population genevoise doublée de l’expression d’une certaine indignation par des responsables politiques jusqu’au Conseil d’État, et d’autre part la construction en ce moment même d’un centre de renvoi et de nouvelles places de détention administrative au Grand-Saconnex, en un complexe dévolu à la multiplication d’opérations de ce type. La Coordination asile.ge demande aux autorités genevoises de manifester auprès des autorités fédérales leur intérêt à mettre en œuvre sur le territoire cantonal une politique de refuge, d’accueil et d’intégration plutôt que d’exclusion et de renvoi forcé.

Extrait du film Reconstruction of a forced deportation carried out by the Swiss authorities disponible sur Youtube

Asile, hospitalité, révolte

Que nous disent les textes hérités de la Grèce antique sur l’asile, l’hospitalité, ou encore la révolte? Comment ce savoir peut-il éclairer notre compréhension actuelle de ces sujets? La Coordination asile.ge organise une conférence sous forme de dialogue entre Philippe Borgeaud, Professeur honoraire à l’Université de Genève et éminent spécialiste de la Grèce antique, et Aldo Brina, chargé d’information sur l’asile au Centre social protestant.

La conférence se tient le jeudi 15 octobre à 19h, dans la salle Forum I au rez-de-chaussée du 14 rue du Village-Suisse. Afin de respecter les mesures sanitaires, nous vous prions de vous inscrire par email auprès d’aldo.brina *arobase csp-ge.ch.

La conférence sera filmée et diffusée en direct sur la page Facebook d’asile.ch.

Soutien aux mineurs et jeunes adultes en lutte pour leurs droits fondamentaux

Réunie le 21 janvier 2020, la Coordination asile.ge a décidé d’apporter officiellement son soutien au collectif de lutte des mineurs non accompagnés, qui occupe actuellement le Grütli dans l’espoir de se faire entendre des autorités.

La Coordination asile.ge dénonce de longue date les multiples carences prévalant dans l’accueil des mineurs isolés sur le territoire du canton, quel que soit le statut administratif de ces derniers. En conformité avec la Convention des droits de l’enfant, la Coordination asile.ge estime que ces enfants doivent être considérés comme tels et se voir reconnaître les droits découlant de leur minorité, indépendamment de toute considération de police des étrangers.

À ce titre, un accès à des structures d’hébergement et de santé adaptées à leur âge et leurs vulnérabilités, à la formation y compris professionnelle, ainsi qu’à l’ensemble des mesures de prévention accompagnement vers l’âge adulte.

Il est inadmissible que des jeunes soient aujourd’hui laissés dans l’errance, exposés à l’âpreté de la vie dans la rue et aux risques en découlant. Le fait que certains jeunes soient dénués de statut légal en Suisse ne saurait justifier de tels manquements à leur prise en charge. Les autorités cantonales doivent au contraire construire avec ces jeunes des réponses adaptées à leur situation, créer avec eux des perspectives d’avenir, tout en répondant aux besoins pressants de protection et de sécurité qu’ils expriment.

Partant, la Coordination asile.ge invite le Conseil d’Etat à apporter une réponse favorable à l’ensemble des revendications du collectif de lutte des MNA, à savoir :

  • Un rendez-vous avec la Délégation du Conseil d’Etat aux migrations dans les plus brefs délais. 
  • Que plus aucun jeune ne dorme à la rue, l’ouverture de nouveaux foyers à taille humaine pour les MNA et les jeunes majeurs quel que soit leur statut légal. 
  • La présomption de minorité et une prise en charge en découlant, ainsi que l’arrêt immédiat de tous les tests de minorité. 
  • La scolarisation pour tous les jeunes jusqu’à 18 ans professionnelles. La scolarisation de 5 d’entre eux a été promise par les autorités en août dernier, aucun ne va à l’école à ce jour.

Outre les revendications qui précèdent, le soutien de la Coordination asile.ge se manifestera également par une aide matérielle durant l’occupation du Grütli. La Coordination asile.ge invite son réseau à participer activement au soutien matériel et politique des jeunes en lutte.

Asile : tout le monde attend l’action du Conseil d’Etat !

La Coordination asile.ge salue l’acceptation par le Grand Conseil genevois de deux motions et d’une pétition favorables aux personnes en demande d’asile. La Coordination asile.ge attend maintenant les mesures concrètes qui seront prises par le Conseil d’Etat pour apporter des solutions humaines et pragmatiques aux situations jugées inacceptables par les représentant-e-s du peuple genevois.   

Le vendredi 13 septembre 2019, deux motions et une pétition portant sur la politique d’asile ont été adoptées par une majorité du Grand Conseil genevois. Ces textes concernent l’accompagnement socio-éducatif des demandeurs d’asile jusqu’à 25 ans (M 2524), la facilitation de l’insertion professionnelle et l’octroi d’un permis de séjour aux personnes déboutées de l’asile dont le renvoi n’est pas réalisable (M 2526), ainsi que le droit de rester pour les Erythréennes et les Erythréens (P 2066).

Les associations qui composent la Coordination asile.ge sont aux premières loges pour témoigner de la détresse des jeunes personnes en demande d’asile concerné-e-s par ces textes. Ils et elles ont fui leur pays d’origine et ont fourni d’importants efforts pour construire leur avenir en Suisse. En raison du moment charnière dans lequel ils et elles se trouvent, leur insertion doit être soutenue par des mesures particulières jusqu’à 25 ans au moins. De plus, après des années de séjour à Genève, certain-e-s sont confrontés à des décisions fédérales de renvoi qui sont en décalage total avec leurs efforts d’intégration et qui ne pourront de toute façon pas être appliquées (entre autres : aucun renvoi forcé vers l’Erythrée). Il est donc dans l’intérêt de tou-te-s les Genevois-e-s de trouver des solutions et de les soutenir !   

C’est maintenant au Conseil d’Etat de jouer. Il ne peut pas ignorer ces textes comme il tente de le faire avec la motion contre le centre fédéral du Grand-Saconnex (M 2489), elle aussi acceptée par le Grand Conseil.  La Coordination asile.ge se met à disposition du Conseil d’Etat pour la recherche de solutions et lui a écrit dans ce sens. Elle suivra de près l’action que le Conseil d’Etat doit maintenant déployer, conformément à la volonté du Grand Conseil.

Pourquoi les Genevois-e-s ne veulent pas d’un centre fédéral de renvoi au Grand-Saconnex ?

Communiqué du 15 mai 2019

Le Secrétariat d’Etat aux Migrations (SEM) organise ce jour un entretien avec les médias au sujet de la procédure d’approbation des plans du centre fédéral dit d’asile (CFA) qu’il est prévu de construire sur la commune du Grand-Saconnex. La Coordination asile.ge profite de l’occasion pour rappeler son opposition à un centre dont la fonction première ne sera pas l’asile mais bien le renvoi. Explications.

1. Au nom de qui et au nom de quoi ?

Le peuple genevois ne s’est jamais prononcé sur la construction d’un CFA de départ sur son territoire. C’est un engagement qu’a pris le Conseil d’Etat. Le Grand Conseil vient quant à lui d’adopter une motion intitulée « Pas de centre fédéral d’attente et de départ à Genève ». Ce centre ne fait pas l’unanimité auprès des Genevois, et probablement même pas la majorité.


2. Le visage le plus laid de notre politique d’asile

La restructuration de l’asile a été maintes fois dénoncée pour son caractère gestionnaire et déshumanisant. Les CFA sont les pièces maîtresses de ce dispositif. Au lieu d’être en contact avec une société d’accueil, des demandeurs d’asile en quête de protection y sont hébergés pour une durée prolongée à 140 jours dans un environnement sécuritaire à la limite du carcéral : grillages avec barbelés, fouilles systématiques à chaque entrée y compris pour les enfants, horaires d’entrée et de sortie, système de punitions arbitraire et infantilisante. Les observations de la Commission nationale de prévention de la torture et les recommandations de la Commission fédérale contre le racisme sont claires à ce sujet.  


3. Un « hub » d’expulsions

Le CFA du Grand-Saconnex est conçu pour que s’exécutent les renvois. Les hommes, femmes et enfants qui y seront hébergés n’auront eu droit qu’à une procédure accélérée ou à une procédure Dublin. Nombre d’entre eux seront censés être reconnus réfugiés au sens de la Convention de Genève, mais seront renvoyés vers un autre pays européen en vertu d’une application quasi-mécanique du Règlement Dublin que les défenseurs du droit d’asile dénoncent sans relâche (voir l’Appel Dublin). Une majorité du Grand Conseil a adopté une motion demandant plus de compassion dans l’application de ce règlement. Par le CFA du Grand-Saconnex l’administration fédérale mettra la pression pour que notre canton exécute des renvois que notre population juge inhumains.  


4. Une infrastructure pour inciter aux départs dans la clandestinité

Le CFA sera flanqué d’un bâtiment abritant le siège de la police internationale, celle chargée de l’exécution des renvois, et comprenant 50 places de détention administrative. Le complexe lui-même est construit à côté du tarmac de l’aéroport. Tout évoquera le renvoi forcé, ce qui confine à la torture psychologique. Cette situation favorisera les départs dans la clandestinité, ou « départs non contrôlés » selon le jargon fédéral, qui sont déjà en explosion depuis le début de la mise en œuvre de la restructuration. Comment Genève envisage-t-elle de gérer la croissance d’une telle population précarisée?  


5. Un emplacement impropre à l’hébergement

Située à côté du tarmac de l’aéroport, la parcelle pose des questions de santé publique, vu la pollution de l’air et sonore extrêmement nocive occasionnée par les avions, sans parler de la stigmatisation qui consiste à placer des requérant-e-s d’asile sur une parcelle qui n’accueillerait jamais un logement ordinaire pour ces raisons. Les normes de l’Ordonnance sur la protection contre le bruit seront dépassées. L’autorité compétente aurait ramené au forceps le projet dans la légalité en assimilant ces bâtiments non pas à des logements mais à des hôtels, sous prétexte que la durée moyenne de séjour est de six semaines seulement, un « séjour de courte durée » soi-disant. Pourtant la durée de séjour peut s’étendre jusqu’à près de quatre mois (art. 24 LAsi).  


6. Ni à Genève, ni ailleurs

Les défenseurs du droit d’asile actifs à Genève adressent un message de résistance au reste de la Suisse. Nous n’accepterons pas de centres fédéraux où le sécuritaire prime sur l’encadrement social, l’accès aux soins et la dignité humaine.

Contact: Aldo Brina, 079 907 59 40

Centre fédéral d'”asile” de Giffers

Près de 4’000 signatures pour le droit de rester des Erythréennes et des Erythréens

Communiqué de presse – Genève, le 10 avril 2019

Les milieux de défense du droit d’asile déposent aujourd’hui une pétition adressée au Grand Conseil et au Conseil d’Etat en faveur du droit de rester des Erythréennes et des Erythréens. Lancée à la mi-décembre, celle-ci a récolté près de 4’000 signatures en moins de quatre mois. Un rassemblement a lieu aujourd’hui à 16h devant l’UIT, où se réunit le Grand Conseil, suivi d’un cortège vers la Place des Nations. Il est organisé par des jeunes hommes et femmes érythréen-ne-s en demande d’asile, épaulé-e-s par des bénévoles et les associations de la Coordination asile.ge. Les manifestants iront ensuite jusqu’à la place des Nations, rappelant que le Comité onusien contre la Torture a récemment condamné la Suisse pour une décision de renvoi vers l’Erythrée.

Ces dernières années, de nombreux-ses Érythréennes et Érythréens ont demandé l’asile à la Suisse. La plupart d’entre eux sont jeunes, beaucoup sont arrivé-e-s mineur-e-s sur le sol helvétique. Nombreux sont ceux-celles qui voient désormais leur demande d’asile rejetée. Or, cela les condamne non seulement à l’angoisse d’un renvoi (même si aucun renvoi forcé vers l’Érythrée n’est aujourd’hui possible en l’absence d’accord de réadmission), mais cela les plonge également dans la précarité, du fait de l’exclusion de l’aide sociale qui frappe les débouté-e-s de l’asile. Tous leurs efforts d’intégration sont alors anéantis.

Quelque 3’890 signataires (dont 1’417 signatures électroniques), demandent aux autorités politiques cantonales genevoises compétentes :

  • De ne pas exclure de l’aide sociale cette population jeune et pleine de perspectives. L’aide d’urgence les précarisera, quel que soit l’issue de leur procédure.
  • D’autoriser les Érythréennes et Érythréens déboutés à poursuivre leur formation dans le canton.
  • De permettre aux Érythréennes et Érythréens déboutés de pouvoir exercer un travail rémunéré à Genève.

De s’engager auprès du Secrétariat d’Etat aux Migrations afin :

  • qu’il suspende les levées d’admissions provisoires
  • qu’il accorde aux Érythréennes et Érythréens le droit de rester en Suisse, avec un permis F ou un permis B, avec effet immédiat et rétroactif.
  • qu’il sollicite le SEM pour mettre en place une action de régularisation extraordinaire.

De son côté, le Comité contre la torture des Nations unies, dans une décision datée du 7 décembre 2018, a estimé que le renvoi d’un requérant érythréen dans son pays constitue « une violation de la Convention contre la torture ». La décision ne concerne qu’un seul cas, celui d’un réfugié érythréen à qui la Suisse a refusé l’asile, et le Comité ne demande pas à la Suisse de lui octroyer l’asile mais uniquement de « réexaminer le dossier ». Cependant, les considérants de la décision sont clairs : le CAT conteste la vision angélique de la Suisse sur le régime érythréen et s’oppose à la pratique helvétique de renvoi des réfugiés érythréens ; il cite notamment la Rapporteuse spéciale de l’ONU sur les droits de l’homme en Erythrée, pour laquelle « la situation reste sombre » dans ce pays.

Le Comité se base aussi sur la Commission d’enquête sur les droits de l’homme en Erythrée, qui rappelle que « la durée du service militaire (…) reste indéterminée » et qui suspecte cette pratique de « constituer pas moins que l’asservissement d’une population entière, et donc un crime contre l’humanité ». Manifestement, l’ONU, par la voix de sa Commission d’enquête, juge la situation des droits de l’homme en Erythrée pour le moins problématique. Relevons qu’avec sa pratique, la Suisse est le seul pays européen qui prend des décisions de renvoi pour les Érythréennes et Érythréens. Les pays européens octroient tous une protection aux demandeurs d’asile érythréens, conformément aux recommandations du HCR.

La Suisse n’exécutera aucun renvoi vers l’Erythrée avant d’avoir signé un improbable accord de réadmission avec cette dictature. Elle s’enfonce donc dans une situation absurde et pernicieuse : elle refuse l’asile aux requérants érythréens, ordonne leurs renvois mais ne les exécute pas. Elle alimente ainsi une nouvelle catégorie de réfugiés sans aucuns droits, qui ne peuvent ni voyager, ni travailler, ni étudier, tout juste respirer.

10 décembre 2018 – Soirée d’information et de discussion sur la situation des demandeurs d’asile érythréens

Nous assistons à une avalanche de décisions négatives concernant les demandes d’asile de nombreux érythréens, au désarroi des personnes concernées et à l’impuissance des personnes qui les entourent.

Dans ce contexte, nous avons décidé d’organiser rapidement une soirée d’information et de discussion sur la situation à Genève qui aura lieu :

Lundi 10 décembre à 18h30

Locaux du COS (Carrefour Orientation Solidarité)
9 rue du Valais, 1201 Genève

Toutes les personnes concernées sont les bienvenues : réfugiés érythréens, bénévoles des groupes solidaires, membres d’associations, professionnels,…

Nous vous proposons l’ordre du jour suivant :

  • Information sur la situation juridique des érythréens en Suisse
  • Soutien et accompagnement de la communauté érythréenne à Genève, en particulier les personnes déboutées: ce qui se fait, ce que nous pouvons faire
  • Accompagnement des personnes dans les diverses institutions (notamment OCPM et HG) : état des lieux
  • Échanges et discussion sur les actions possibles à Genève, le lancement d’une pétition est notamment proposé

Nous partagerons ensuite le verre de l’amitié et pourrons prolonger les échanges de manière plus informelle.

Consultez également sur le site de l’ODAE son très récent rapport sur la politique helvétique à l’égard des érythréens :  Durcissements à l’encontre des Érythréen·ne·s : une communauté sous pression.

Des rapports seront à disposition lundi soir.

La Coordination Asile Genève

Loi sur les manifestations : acquittement d’un membre de la Coordination asile.ge

La Coordination asile.ge se réjouit de l’acquittement d’un de ses membres par le Tribunal de police.

Le 22 novembre dernier, le Tribunal de police a acquitté un des membres de la Coordination asile.ge. Suite à un rassemblement tenu en 2015 devant le Grand Conseil, il avait en effet été condamné à une amende pour de prétendues violations à la Loi sur les manifestations sur le domaine public (LMDPu) et au Règlement concernant la tranquillité publique. La Coordination asile.ge se réjouit de ce jugement. Il démontre une nouvelle fois l’inadéquation de la LMDPu et de son application, qui entravent l’exercice de libertés fondamentales.

Dès fin 2014, la Coordination asile.ge avait accompagné un mouvement de demandeurs d’asile qui se mobilisaient pour demander de meilleures conditions d’hébergement et de vie. Ils étaient alors logés sous terre, dans des abris de protection civile, parfois pendant de longs mois.

La Coordination asile.ge demande l’autorisation de se rassembler devant le Grand Conseil pour la date du 12 mars 2015. Pour ce faire, elle est tenue de délivrer le nom d’un de ses membres. L’autorisation est accordée, et le rassemblement a lieu dans une ambiance bon enfant. La police, présente avec des unités d’intervention, met cependant l’organisateur –autrement dit le représentant de la Coordination.asile.ge- sous pression. Le 13 mai 2015, celui-ci reçoit chez lui et à son nom, une condamnation par ordonnance pénale à 350 francs d’amende, aux motifs que des personnes se trouvaient sur la chaussée au lieu d’être toutes sur le trottoir, que des tracts avaient été distribués aux passants, que de la musique avait prétendument troublé la tranquillité publique, et enfin qu’un service d’ordre adéquat n’aurait pas été mis en place par l’organisateur.

Amené à examiner le cas après contestation de l’ordonnance, le Tribunal de Police se prononce le 22 novembre dernier : Il retient notamment que le rassemblement s’est déroulé sans débordement, de manière pacifique et sans aucune atteinte à la sécurité publique. Un dialogue a existé entre l’organisateur et la police et des mesures concrètes ont été prises pour faire suivre les instructions de la police aux manifestants. Tenant compte des libertés fondamentales en jeu – la liberté d’expression et de manifester notamment – le Tribunal acquitte le prévenu de l’ensemble des faits qui lui étaient reprochés.

La Coordination asile.ge se réjouit de ce jugement. Elle espère qu’il contribuera à une remise en question justifiée de la LMDPu et mettra un terme à une politique pénale menée par la police, le Service des contraventions et le Ministère public visant à criminaliser certains rassemblements. Cette politique d’intimidation entrave l’exercice de libertés fondamentales. Elle est honteuse et indigne de Genève. Par ailleurs, elle coûte cher aux contribuables, puisque les frais de procédure et de justice sont au final assumés par l’Etat.

La Coordination asile.ge encourage toute personne poursuivie ou sanctionnée par ordonnance pénale pour infraction à la LMDPu dans des circonstances similaires à s’y opposer par la voie judiciaire.

De son côté, l’Association des juristes progressistes (AJP), qui a soutenu la Coordination asile.ge dans cette procédure, rappelle qu’en 2017, ses avocat-e-s ont plaidé dans de nombreuses procédures en contestation d’amendes prononcées en application de la LMDPu : l’ensemble de ces procédures se sont soldées par des acquittements !

L’AJP invite ainsi les autorités à revoir leur pratique d’application de la LMDPu et à cesser d’entraver le droit de se réunir pacifiquement des citoyens. Elle invite également tout citoyen à faire valoir son droit à manifester et organiser des manifestations, sans être entravé dans ce droit par des amendes injustifiées.

Autres exemples :
https://www.lecourrier.ch/150165/acquitte_pour_une_manif_illegale

https://www.lecourrier.ch/151876/sept_manifestants_anti_erdogan_acquittes

https://www.tdg.ch/geneve/Tracts-contre-Barroso-l-etudiant-a-ete-acquitte/story/18764606